La crise d'angoisse/de panique

Publié le 14 Mai 2013

Cette saloperie qui te cloue sur place.

Cette bitch qui te fait sortir du métro parce que l'air ne passe plus. Parce que t'as l'impression de mourir d'un coup d'un seul.

Cette p*** qui t'empêche d'aller au bout de ta rue acheter une baguette de pain parce qu'en chemin tu penses que tu va faire une attaque.

Cette vilaine qui te fait penser que tu es folle ou que tu vas le devenir, parce que la seule chose que tu penses à cet instant c'est que tu n'as plus d'avenir, plus de perspective.

Cette mauviette qui n'est même pas capable de te faire comprendre pourquoi tu fais des crises et pourquoi tu n'arrives pas à les enlever autrement qu'avec des médicaments.

Cette lache qui vient, qui s'accroche, qui traverse tout ton corps, qui te liquifie, qui t'electrise et qui repart en te laissant vide.

Cette insuportable qui te fais penser à toutes les pires choses qui pourrait t'arriver ou arriver à tes proches.

Cette diabolique qui te fais même douter de ta propre existence au point de te dépersonnaliser et de rendre irréel tout ce qui t'entoure. Au point que tu ne te reconnais pas dans la glace, au point que ton prénom te parait surréaliste, au point que ton corps te semble loin.

Cette petas** qui te fais perdre pied, qui t'enlève les mots, qui te crispe les muscles, qui t'engourdit les membres, qui te fait tourner la tête.

Ces dernières années tu m'a fui, souvent mais pas encore assez. Un jour tu aura peur de moi et non des médicaments qui te garde loin de moi. Je te vaincrais.

Aujourd'hui je sais que je ne suis pas folle, juste un peu trop sensible et trop à l'écoute de mon corps. Avoir mon Poupon m'aide beaucoup. J'écoute l'autre et moins moi même. Elle me donne la force de combattre mon malaise, de souffler quand il le faut, de me controler quand je perd pied. Elle me donne des nouvelles angoisses, mais des angoisses de mère. Des angoisses de tous le monde.

Quand j'étais petite, je pensais avoir toutes les maladies du monde, je passais beaucoup trop de temps à avoir peur de beaucoup trop de choses, à me perdre dans mes angoisses. La mort étant la principale héroïne de mes affres. Affreuse mort ou tout n'est que mystère. Ma grande curiosité n'a jamais voulu savoir ce qu'il y avait derrière ce rideau noir.

Ce billet n'est pas très drole mais j'avais vraiment envie de parler de ces foutues crises. J'avais envie de poser des mots sur ce mal qui nous ronge de plus en plus. J'avais envie de crier haut et fort que prendre des anti dépresseurs ne veut pas dire être forcément dépressive car il est sure que j'aime la vie et qu'elle me le rend bien. J'avais envie de faire parler ceux ou celle qui n'osent pas. J'avais besoin de vous écrire tout simplement.

Promis le prochain billet sera plus drôle...

J'ai hésité avec "Le cri" de Munch.

J'ai hésité avec "Le cri" de Munch.

Rédigé par Lamereflemarde

Publié dans #trucaflute

Commenter cet article

microneedle roller 10/02/2014 08:31

Sometimes anxiety can ensure some extra ordinary moments for you and that's what did to me. Otherwise, I could not have landed on this page and thereby experience a beautifully written article. You have been really awesome to add up such entertaining info.

Lucie Citharelle 15/05/2013 10:48

J'aime beaucoup ce billet sur l'état de siège de l'angoisse panique.
Il me fait te découvrir.
J'aime les aspérités.
Je pars à la découverte de tes autres articles.
Bon courage pour cette lutte au sommet, tes troupes ont l'air motivées et leur général plein d'ardeur.

Lamereflemarde 15/05/2013 13:34

Merci Lucie! Je l'ai écris brut de pomme :-) Oui je suis motivée mais encore apeurée alors on va attendre un peu pour affronter tout ça sans parachute!

sandy 15/05/2013 10:21

J'aurais pu écrire ce billet...J'ai eu des crises avant la naissance de ma 1° fille, mais elles n'étaient rien comparées à celles que j'ai eu après sa naissance, ça a duré plus d'un an avec des hauts et des bas ( et grâce au prozac ça s'est calmé). Aujourd'hui, ma LB a presque 2 ans et demi et je viens d'accoucher d'une deuxième petite fille. Je croise les doigts très, très, très, fort pour que cette B* ne revienne pas, pour toi et pour moi...

crise-d-angoisse 17/11/2015 15:52

Belle démonstration de courage Sandy, donner une deuxième fois la vie alors que cette B* d'angoisse risque de se montrer deux fois plus vicieuse... J'espère qu'elle a disparu totalement.

Lamereflemarde 15/05/2013 13:32

J'aimerai arrêter un jour les médocs mais ça va être super dur et pour l'instant je veux vraiment pas être mal pour ma fille. En tout cas je croise les doigts fort pour toi que ça ne revienne pas! :-) Merci pour ton témoignage!

louison 14/05/2013 14:10

Courage miss! Tu la vaincras !
L

Lamereflemarde 14/05/2013 19:02

Oui!!!! Je vais la niquer cette bitch! :-)